MAWLAYA ABDOU AZIZ SY AL - AMIN AT- TIJANI

MAWLAYA ABDOU AZIZ SY AL - AMIN AT- TIJANI

Articles de la presse


L'argent que collectent les disciples au sein de leurs «dahiras» est destiné à «subvenir aux besoins urgents des plus démunis et non aux marabouts». C'est ce qu'a laissé entendre, samedi à Yoff, le porte-parole du Khalife général des Tdianes, Serigne Abdoul Aziz Sy, qui a également soutenu que la mendicité des enfants pour de l'argent ne fait pas par­tie de l'apprentissage au niveau des «daaras». 

Les marabouts ne doivent pas vivre sur le dos de leurs disciples. Aussi bien au niveau des «daaras» avec les «talibés» (élèves) qui sont transformés en mendiants d'argent qu'au niveau des dahiras (regroupement de fidèles d'une même confrérie). C'est le sens des propos du porte-parole du Khalife général des Tidianes, qui a procédé, ce samedi, à l'inauguration de la mosquée de Yoff-Mbenguène Rappelant les enseignements de Maodo Malick Sy qui a toujours voulu vivre à la sueur de son front, pour corroborer sa vision, «Junior» rappelle que son grand-père n'a formulé que trois vœux à La Mecque : «Le maillage suffisant du territoire en mosquées, l'entretien du mystère autour de sa dimension spirituelle jusqu'à sa disparition et un lopin de terre pour cultiver et vivre à la sueur de son front et non de celle d'autrui». Aussi, Serigne Abdou Aziz Sy a donc demandé aux «dahiras» de ne donner à aucun marabout l'argent qu'ils collectent. «La caisse des dahiras n'est pas instituée pour les marabouts. C'est une caisse de solidarité mutuelle devant permettre aux membres de subvenir aux besoins urgents des plus démunis et non aux marabouts. C'est pour celui qui a une ordonnance ou qui baptise et qui n'a pas de moyens», a indiqué Serigne Abdoul Aziz Sy, pour qui «le dahira n'est pas un instrument d'exploitation ».

Le porte-parole du Khalife a également déploré le spectacle hideux des enfants talibés qui prennent d'assaut les devantures des pharmacies, des grandes surfaces commerciales, des feux rouges et les rues de Dakar, mendiant de l'argent pour le compte de leurs maîtres. Serigne Abdoul Aziz Sy «Junior» est formel la mendicité ne fait pas partie de l'apprentissage, encore moins de la formation au niveau des «daaras» même s’il reconnait que les sages de la religion la pratiquaient pour inculquer l'humilité et le sens du partage à leurs disciples, aujourd'hui, la promotion des «daaras» modernes constitue une bonne solution face au fléau de la mendicité.

Citant l'exemple du «daara» moderne ouvert dans la ville sainte de Tivaouane, le porte-parole du Khalife général des Tidianes a expliqué qu'en dehors de l'apprentissage du Coran et de la science islamique, les pensionnaires de cette structure suivent une formation dans des disciplines aussi variées que la menuiserie, l'électricité, la maçonnerie etc. Aussi a-t-il demandé aux communautés qui construisent des mosquées à coût de dizaines de millions d'inclure dans leur projet l'installation de «daaras», en complément de ces lieux de culte. C'est pourquoi le marabout s'est réjoui de l'initiative des populations de Yoff-Mbenguène qui, après avoir injecté 100 millions de F Cfa dans la réalisation de leur mosquée, on posé la première pierre de l'institut islamique qui doit l'accompagner. D'ailleurs, une enveloppe de 8 millions F Cfa dont 5 offerts par le maire de la commune, Oumou Khaïry Guèye Seck, a été mobilisée séance tenante pour que ce chantier soit engagé le plus rapidement possible.


Abdoul Aziz Seck
Source Le Populaire via Xibar.net


Récolte des champs de Khelcom:Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine, a remis un b?uf pour la restauration des hôtes de Khelcom

les recolteurs venus de tous les coins du pays et de toutes obédiences religieuses et confrériques ont répondu massivement à l'appel de Serigne Cheikh. L'appel est une occasion de fraternité entre les confréries. Chaque communauté s'est distinguée par sa contribution. En effet, le porte-parole du Khalife général des tidianes, 10176241_713025615416818_2726557550598772152_n.jpg
 ; les chérifs de la confréries khadriya ont donné leur participation en offrant un chameau. De même, une délégation des Layènes s'est rendue à Khelcom. Des jeunes chrétiens venus de Fatick se sont distingués par leur bravoure dans les champs de mil. 


L'homme d'affaires Cheikh Amar a assuré une grande partie de la logistique, des transports et de la prise en charge sociale des participants aux travaux. 

Cette année, les travaux sont dirigés par la famille de Darou Saloum. Serigne Moustapha Lakram et Serigne Cheikh Anta se sont distingués par la mobilisation des disciples. Sur le terrain, durant toute la période de la récolte, les marabouts, par ailleurs désignés comme étant chefs de travaux par "le maître de Khelcom", Serigne Cheikh Mbacké, ont inspecté tous les recoins de la vaste étendue de Khelcom pour la récolte et le ramassage des épis de mil. 

Le récolte du mil de cette saison, estimée à plusieurs milliers de tonnes sera destinée, comme il est de tradition, aux nécessiteux du pays. 

Grand Place


28/10/2014
0 Poster un commentaire

SERIGNE ABDOU AZIZ SY AL AMIN A DIOURBEL : « Le Khalif des Mourides m’a remis un camion de moutons et de mil »

Chose promise, chose due ! Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amin a bien rendu visite à la famille Tandian de Diourbel ce samedi. A la tête d’une forte délégation, le porte-parole du Khalif des Tidianes est beaucoup revenu, dans son discours, sur le caractère excellent des relations entre les tidianes et les mourides du Sénégal. 

 

« Serigne Sidi Mokhtar Mbacké a œuvré dès son accession au Khalifat de Serigne Touba pour l’union des cœurs entre musulmans.  Tout dernièrement, lors de la fête de tabaski, il m’a envoyé un camion de moutons. Le lendemain, il m’a fait parvenir un autre camion de mil. Cela témoigne tout l’attachement qu’il  voue à la famille de Serigne El Hadj Malick Sy et nous lui en sommes très reconnaissant ». Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amin d’ajouter qu’un homme d’affaires mouride s’est récemment engagé à donner , suivant trois tranches de 50 millions de francs , la somme de 150 millions pour l’achèvement de la mosquée de Serigne Babacar Sy. Les deux premières tranches ont déjà été versées, soit 100 millions de francs, avise-t-il. 

 

Ces gestes sont, selon le chef religieux, des actes à magnifier. La famille de Serigne Mbacké Tandian s’est, elle, félicitée de la visite du marabout tidiane avant de solliciter du régime de Macky Sall plus de considération. Le Président Macky Sall était représenté par son conseiller en affaires religieuses.

 


02/12/2013
0 Poster un commentaire

Al Amine en croisade contre "les mauvaises paroles" et "les querelles injustifiées".

Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine, porte-parole du Khalife général des tidjanes, a appelé vendredi ses compatriotes à bannir "les mauvaises paroles sur la place publique et les querelles injustifiées". 

Al Amine a prêché "le retour à Dieu" et déconseillé le gain facile aux fidèles. 

Dans son sermon à l'occasion de la prière de Korité, il a appelé ses compatriotes à se mettre au travail "dans la discipline". Il souhaite que la paix dure au Sénégal et que le dialogue soit "permanent" à tous les niveaux. 

En présence du gouverneur de la région de Thiès, Mohamed Fall, Serigne Abdou Aziz Sy Al Amine a aussi formulé des prières pour la stabilité en Casamance (Sud) et appelé "tous les fils du Sénégal à s’investir dans le retour définitif de la paix" dans la partie méridionale du pays, devenu un foyer d'insécurité depuis une trentaine d'années. 

Serigne Abdoul Aziz Sy a souhaité au Sénégal "un bon hivernage, sans inondations". 

L’imam de la grande mosquée de Tivaouane, Serigne Moussa Diop, a dit que l'homosexualité devait être combattue "par tous les Sénégalais, de manière vigoureuse, comme l’alcoolisme et la corruption". Il a recommandé aux citoyens "le respect de l’autorité".

rewmi.com


12/08/2013
0 Poster un commentaire

SERIGNE ABDOU AZIZ SY AL AMINE, UN RÉGULATEUR INCONTOURNABLE DE L’ISLAM EN AFRIQUE

Le leadership de la Tidjanyah demeure, sans conteste, un épais rempart pour la Religion musulmane qui, maintenant, devient la cible de l’Universalisme occidental. Cibler les hautes autorités musulmanes pour que l’Islam ne puisse prospérer relève, aujourd’hui et demain, de l’utopisme car la religion musulmane finit, toujours, par triompher. Heureusement le Sénégal évolue, sans arrêt, dans l’encadrement de la pratique islamique, gagne en conscience collective religieuse et reste, en ce 21iéme siècle, une réponse ou une réplique fascinante devant l’ampleur de la catastrophe que charrient, continuellement, les hommes d’argent. L’Islam confrérique constitue, dans une totale mesure, un recours sûr, solide et inusable qui confère, assurément, vigilance, alerte et veille. Bien que l’Occident et ses satellites aient inauguré, depuis la chute du mur de Berlin, une dictature dont l’arme reste les moralités variables. 

Les Tidjanes du Sénégal ont le ferme engagement de bien consolider leur leadership, de faire face, avec responsabilité, à toutes les formes de combats sans déboucher sur aucune perturbation violente. Mais le point sera, en effet, fait pour que la tyrannie du mensonge et de la calomnie ne puisse, en aucune façon, phosphorer.
Cheikh Oumarou Foutiyou, Cheikh Ahmadou Bamba, Seydi ElHadji Malick Sy, Elhadji Abdoulaye Niasse, Seydi Babacar Sy, Seydi Abdou Aziz Sy Dabakh, Seydi Mansour Sy Borom Daradji, restent du fait de leur combat, de vaillants continuateurs des pionniers de l’Islam.
Pourquoi certains ennemis de l’Islam cherchent-ils, sans cesse, à vouloir ériger notre Nation en République des ‘’coups tordus’’ ?
Le Sénégal, en tant que Nation, va se battre et éradiquer, avec sérénité, toutes les formes de hold-up sur les cerveaux .Car les populations musulmanes du Sénégal transcendent toutes les aspérités qui sont de nature à freiner la cohésion nationale, à détruire la ligne de leur patriotisme ouvert et à développer la haine, la stigmatisation, l’intoxication et l’activisme.
Non au creusement des inégalités et des théories des stratèges de la division et de l’irrédentisme, surtout, à fondement confessionnel.
Pourquoi ?
La Tidjania s’honore de ses guides d’autant que tous, nos porte étendards, sans exception, ont permis à la confrérie de gagner des victoires inédites contre les nouveaux procureurs qui estiment, sans vergogne, que la société Sénégalaise devrait se plier devant le diktat des moralités variables.
Délinquance juvénile, Délinquance financière, Délinquance politique et l’homosexualité ne sauraient prendre racine en terre sénégalaise bien que, malheureusement, certains sénégalais s’érigent, désormais, en démultiplicateurs infatigables. Chargés qu’ils sont de mettre en œuvre, sans nuance, les stratégies de pilonnage des pré-requis et des acquis que l’Islam confère aux populations musulmanes du Sénégal.
Enfin, accentuer la débauche de communication à l’encontre des managers de la Tidjania, insulter l’avenir et faire de ses guides un angle de tir ne déboucheront, en aucun cas, sur aucune conflictualité. Car quand quelqu’un, sans réserve et sans mesure, ne préfère boire que dans un crachoir, il convient, en fait, d’admettre que celui-ci fait partie « des hommes qu’aucun breuvage ne rebute ».
Que ceux qui estiment que le Sénégal est victime d’un cataclysme politique se détrompent, que ceux qui pensent, encore, qu’il faille amorcer le combat pour un cataclysme religieux se ravisent. Car, aucun risque de dispersion, aucun danger, nulle menace ne sauront réussir la moindre préfiguration d’un pré-combat de positionnement pour, enfin, installer un autre traumatisme fâcheux après la Casamance.
Notons, sans excès de certitude, la forte espérance lucide qui caractérise la Tidjania, qui a banalisé, depuis 1957,l’action des vendeurs d’illusions, des spécialistes des promesses fallacieuses, des écrivains vagabonds…..et des plaisantins de gouts douteux.
Comment peut-on s’attaquer à la tour de contrôle de la Tidjania ?
Serigne Abdou Aziz Sy Al Amine, conquérant pragmatique de l’Islam, en tant que tour de contrôle, manage, de façon vaillante et battante, la pratique de l’Islam sans frontière. Offre à la Umma musulmane, garantie et sureté en ce monde où une anarchie abyssale qui cherche à se mondialiser n’épargne aucune Nation. Qu’il soit l’objet d’attaques par des contempteurs, supers aboyeurs ne dérange, guère, la Tidjania qui reconnait à son porte-parole une incandescence intellectuelle rare. Une richesse du style, une rigoureuse police de la pensée musulmane. Un guide debout dans sa noble dignité.
En fait le trouble d’identité peut, quelques fois, pousser l’individu à croire, naïvement, qu’il vit dans une nation vacante. Alors, prenez-le pour dit, le Sénégal ne sera, ni aujourd’hui, ni demain une raffinerie de la délinquance ou un terrain d’aviation que les porteurs des pervers narcissiques prendront en otage. Que les supers aboyeurs sachent, comme le rappelle le sage, que « quand l’aimant se démagnétise, plus personne n’y croit. »
Il reste à retenir le fait que la Tidjania ne se détournera, point, de la construction de l’Homme du Sénégal et son leadership sera mis, sans nuance, à la disposition de la révolution pacifique qui s’amorce après l’alternance 2000, l’alternance 2012 et les ruptures génératrices de transformations et d’émancipation.
L’Islam, grâce à sa mystique, tirera sans forceps, l’Homme du Sénégal du piège mortel de l’Universalisme occidental qui a compris que Serigne Abdou Aziz Sy Al Amine reste la tour de contrôle de l’Islam en Afrique.
Le porte-parole de la Tidjania est, aussi, une offre altière et rare pour que son action renforce l’autorité de la Umma Islamique. Il est, de plus, un fondement au service exclusif de l’alerte pour que la pédagogie active, indispensable à la démultiplication de la police de la pensée musulmane, reste intacte.
Comment s’attaquer à une autorité qui déploie, voila 46 ans, une synergie afin que l’Islam s’émancipe et que son unicité soit, au demeurant, inviolable. Qu’Allah le Tout Puissant et son Prophète Seydina Muhammad nous préservent des agissements dont les auteurs se recrutent, souvent, parmi les victimes de troubles d’identité, mieux, parmi ceux qui trainent un contentieux avec l’histoire.
Bon Ramadan
Que la cohésion nationale soit consolidée, que la paix continue son bonhomme de chemin et que nous soyons un peuple de défi plutôt qu’un peuple de constat.
Enfin, méfions-nous des Lézards qui veulent devenir, tout de suite et maintenant, des Dragons…….

Cared Afrique
mndcared@gmail.com 

30/07/2013
0 Poster un commentaire

Al Amine aux deux Grands Serigne : "Il n'y aura ni vainqueur ni vaincu"

L’ancien ministre Abdoulaye Makhtar Diop a été élu Grand Serigne, par le camp de Massamba Diop Coki, alors que celui de Bassirou Diagne Marème Diop a porté son choix sur Pape Ibrahima Diagne, le fils aîné de ce dernier. 

Les deux hommes se retrouvés à la conférence religieuse organisée samedi à Dakar, par la Hadara Seydi Mouhamadou Moustapha Sy. 

Abdoulaye Makhtar Diop fut le premier à arriver sur les lieux. Son cousin, Pape Ibrahima Diagne son cousin, a fait son apparition une heure plus tard. Tous les deux étaient assis aux premières loges. 

Le porte-parole de la famille El Hadji Malick Sy, qui animait une conférence religieuse intitulée ’’L'éducation dans la Tarikha Tidiane", en a profité pour tenir ‘’un langage de vérité’’ aux deux chefs de la communauté léboue. 

Le marabout a d’emblée relevé que l’histoire s’est encore répétée avec l’élection de deux Grands Serigne, comme ce fut le cas, par le passé, avec Elhadj Moussé Diop et Elhadj Ibrahima Diop. 

Le marabout a relevé les liens de parenté entre Pape Ibrahima Diagne et Abdoulaye Makhtar Diop, estimant qu’en vertu de cette situation, ‘’ils ne devraient pas se tirailler’’. 

‘’Il faudrait juste chercher le fond du problème et le résoudre. Et c’est ce à quoi je vais m’atteler’’, a promis Abdoul Aziz Sy. 

Selon lui, ’’personne ne peut les séparer [Abdoulaye Makhtar Diop et Pape Ibrahima Diagne], même si l’on sait que ce qui s’est passé n’est pas beau à voir’’. 

Il a regretté ’’ce tiraillement au sein d’une même famille’’, jugeant que la polémique qu’il y a eu autour de cela n’en valait pas la peine. 

’’Je suis d’accord que Dakar appartient aux lébous, mais nous aussi nous sommes des lébous, car nous sommes tous mariés à des femmes léboues et avons eu des enfants avec celles-ci’’, a-t-il poursuivi. 

Il a terminé son allocution en rappelant le malentendu qu’il y a eu à un moment donné concernant le Khalifat de la confrérie Tidiane, une question qui, selon lui, a été réglée au sein de la famille d’El Hadji Malick. 

APS

16/07/2013
0 Poster un commentaire


Recherche

Vous recherchez ? :