MAWLAYA ABDOU AZIZ SY AL - AMIN AT- TIJANI

MAWLAYA ABDOU AZIZ SY AL - AMIN AT- TIJANI

SERIGNE ABDOUL AZIZ SY AL AMINE: « les musulmans maîtrisant la toilette mortuaire ont l’obligation de partager leurs connaissances avec leurs coreligionnaires »

Sunuker.com/Office: Serigne Abdoul Aziz Sy Al-Amine, porte-parole de la famille de Cheikh El Hadj Malick Sy a dit ses quatre vérités aux musulmans qui ne maîtrisent pas bien les pratiques de l’Islam. « Au Sénégal, les musulmans croient en leur religion, mais ils ne connaissent pas leur religion », dit-il. Par conséquent, il invite ses derniers à mieux apprendre.

Venu assister au séminaire de clôture de formation sur le service funèbre, le porte-parole de la famille de Cheikh Elhadj Malick Sy n’a pas hésité à sermonner les musulmans ; C’était avant-hier, samedi, au centre d’études, de recherches et de formation sur l’Islam. Le CERFI/Sénégal a pour mission principale l’enseignement de la religion musulmane tel que le Prophète (Psl) l’a enseignée. Il est l’œuvre du professeur Rawane Mbaye, qui seul a pris l’initiative de construire ces bâtiments qui abritent les activités du CERFI, dans le but d’enseigner l’Islam. « Aujourd’hui, l’Islam nécessite des moyens », a soutenu Abdoul Aziz Sy Al Ibn, le porte-parole de la famille de Cheikh Elhadj Malick Sy.

Parce qu’explique-t-il, le monde évolue. Sous ce registre, Serigne Abdoul Aziz Sy constate un manque d’organisation chez les musulmans. Tout musulman doit participer au développement de son pays. « Nombreux sont les musulmans qui ne respectent pas les rituels du service funèbre. Pas parce qu’ils le font exprès, mais plutôt parce qu’ils ne savent pas comment le faire. Et dans de telles circonstances, la formation s’impose », a indiqué le porte-parole de la famille de Cheikh Elhadj Malick Sy qui donnait son avis en parlant du service funèbre.

Selon lui, les musulmans maîtrisant la toilette mortuaire et les prières funèbres ont l’obligation de partager leurs connaissances avec leurs coreligionnaires.

Abdoul Aziz Sy Junior, porte-parole du Khalife général des Tidjanes, venu présider la cérémonie, a invité les musulmans à se former davantage dans ce domaine, comme le leur recommande leur religion.

« Ça fait partie des devoirs du musulman d’assister son prochain, de l’agonie à l’enterrement. Si ce processus est bien suivi, il peut susciter l’espoir que le défunt puisse prétendre au paradis », déclare t-il. Au total, 142 femmes et 116 hommes ont participé à cette formation du 11 au 14 février 2013.



09/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres