MAWLAYA ABDOU AZIZ SY AL - AMIN AT- TIJANI

MAWLAYA ABDOU AZIZ SY AL - AMIN AT- TIJANI

SERIGNE ABDOUL AZIZ SY INVITE LES TALIBÉS À REFUSER D' ÊTRE EXPLOITÉS

L'argent que collectent les disciples au sein de leurs «dahiras» est destiné à «subvenir aux besoins urgents des plus démunis et non aux marabouts». C'est ce qu'a laissé entendre, samedi à Yoff, le porte-parole du Khalife général des Tdianes, Serigne Abdoul Aziz Sy, qui a également soutenu que la mendicité des enfants pour de l'argent ne fait pas par­tie de l'apprentissage au niveau des «daaras». 

Les marabouts ne doivent pas vivre sur le dos de leurs disciples. Aussi bien au niveau des «daaras» avec les «talibés» (élèves) qui sont transformés en mendiants d'argent qu'au niveau des dahiras (regroupement de fidèles d'une même confrérie). C'est le sens des propos du porte-parole du Khalife général des Tidianes, qui a procédé, ce samedi, à l'inauguration de la mosquée de Yoff-Mbenguène Rappelant les enseignements de Maodo Malick Sy qui a toujours voulu vivre à la sueur de son front, pour corroborer sa vision, «Junior» rappelle que son grand-père n'a formulé que trois vœux à La Mecque : «Le maillage suffisant du territoire en mosquées, l'entretien du mystère autour de sa dimension spirituelle jusqu'à sa disparition et un lopin de terre pour cultiver et vivre à la sueur de son front et non de celle d'autrui». Aussi, Serigne Abdou Aziz Sy a donc demandé aux «dahiras» de ne donner à aucun marabout l'argent qu'ils collectent. «La caisse des dahiras n'est pas instituée pour les marabouts. C'est une caisse de solidarité mutuelle devant permettre aux membres de subvenir aux besoins urgents des plus démunis et non aux marabouts. C'est pour celui qui a une ordonnance ou qui baptise et qui n'a pas de moyens», a indiqué Serigne Abdoul Aziz Sy, pour qui «le dahira n'est pas un instrument d'exploitation ».

Le porte-parole du Khalife a également déploré le spectacle hideux des enfants talibés qui prennent d'assaut les devantures des pharmacies, des grandes surfaces commerciales, des feux rouges et les rues de Dakar, mendiant de l'argent pour le compte de leurs maîtres. Serigne Abdoul Aziz Sy «Junior» est formel la mendicité ne fait pas partie de l'apprentissage, encore moins de la formation au niveau des «daaras» même s’il reconnait que les sages de la religion la pratiquaient pour inculquer l'humilité et le sens du partage à leurs disciples, aujourd'hui, la promotion des «daaras» modernes constitue une bonne solution face au fléau de la mendicité.

Citant l'exemple du «daara» moderne ouvert dans la ville sainte de Tivaouane, le porte-parole du Khalife général des Tidianes a expliqué qu'en dehors de l'apprentissage du Coran et de la science islamique, les pensionnaires de cette structure suivent une formation dans des disciplines aussi variées que la menuiserie, l'électricité, la maçonnerie etc. Aussi a-t-il demandé aux communautés qui construisent des mosquées à coût de dizaines de millions d'inclure dans leur projet l'installation de «daaras», en complément de ces lieux de culte. C'est pourquoi le marabout s'est réjoui de l'initiative des populations de Yoff-Mbenguène qui, après avoir injecté 100 millions de F Cfa dans la réalisation de leur mosquée, on posé la première pierre de l'institut islamique qui doit l'accompagner. D'ailleurs, une enveloppe de 8 millions F Cfa dont 5 offerts par le maire de la commune, Oumou Khaïry Guèye Seck, a été mobilisée séance tenante pour que ce chantier soit engagé le plus rapidement possible.

 

 

Abdoul Aziz Seck
Source Le Populaire via Xibar.net




30/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres