MAWLAYA ABDOU AZIZ SY AL - AMIN AT- TIJANI

MAWLAYA ABDOU AZIZ SY AL - AMIN AT- TIJANI

TIVAOUANE KORITE 2009 : Serigne Abdou Aziz Sy invite les Sénégalais au travail

Tivaouane a fêté l’Aid El fitr ou Korité, le dimanche dernier. C’est le gouverneur de la région de Thiès, Mouhamet Fall, qui a conduit la délégation officielle venue apporter le salut et les remerciements du chef de l’Etat au khalife général des Tidianes, Mouhamadoul Mansour Sy. Après avoir déploré l’incompréhension et l’intolérance qui sont en train de gangrener les relations entre les gens, il a invité les chefs religieux à prier et à attirer davantage l’attention de tout un chacun pour que la paix sociale, riche patrimoine de notre pays, puisse être sauvegardée. 


Le terrain était, alors, bien balisé pour le porte-parole du khalife des Tidianes, Abdou Aziz Sy Al Amine. Dans son propos, Serigne Abdou a soutenu que la plus grave maladie de la société sénégalaise n’est ni économique, ni politique, mais surtout sociale. Selon lui, la démultiplication des comportements aux antipodes des principes généraux de l’Islam fait qu’il urge pour nos compatriotes de changer de comportement. « Un musulman n’a pas le droit de dire et de faire tout ce que bon lui semble. Il est tenu de se conformer aux enseignements du coran et aux éclairages du prophète, Mohamad (Psl) », a-t-il fait observer.

C’est pourquoi, devant un contexte mondial difficile, Serigne Abdou a invité les Sénégalais à une introspection au quotidien, afin d’agir au mieux pour améliorer leurs conditions d’existence au lieu de passer tout leur temps à s’injurier, à se dénigrer dans l’espace public par médiats interposés. « Cela n’honore personne et ce n’est pas sénégalais », a-t-il martelé. Car les vertus cardinales de notre peuple favorise plutôt le dialogue, la recherche du consensus dans l’humilité, la « soutoura » ou discrétion. Au sortir de ce mois béni du ramadan qui a pour vocation d’aider le musulman à être plus regardant dans son comportement de tous les jours par rapport aux orientations du Coran, le porte-parole du khalife a souhaité que cette recherche du bien puisse se poursuivre chez tout musulman.

Face aux difficultés économiques qui assaillent les populations, il a rappelé le système de solidarité islamique qui passe par la zakat ou don de Dieu aux démunis par les plus nantis.

Outre ces mécanismes, les associations de fidèles sont des espaces d’entraide et de solidarité entre membres et non une vache laitière au service d’un quelconque marabout. « L’Islam est une religion de travail, d’effort et non de fainéants et de médisants », a encore déclaré « Junior ».

 

Mbaye BA
Source Le Soleil



30/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres