MAWLAYA ABDOU AZIZ SY AL - AMIN AT- TIJANI

MAWLAYA ABDOU AZIZ SY AL - AMIN AT- TIJANI

Clarification sur l'audience de Serigne Abdou et la Président Macky Sall

Lors d’une conférence religieuse à Thiès, Serigne Abdoul Aziz SY Al Amine, porte parole du khalife général des Tidianes, a révélé que le président de la République, Macky Sall, l’avait contacté, suite à l’incendie d’un Daara à la Médina qui a consumé une dizaine de talibés pour discuter avec lui sur la réorganisation des écoles coraniques. Il dit avoir décliné la présidence de commission sur la modernisation des daaras que voulait lui confier le chef de l’Etat.

 

« J’ai été reçu par le président de la République Macky Sall. Il a proposé la création d’une grande commission que je vais diriger pour la modernisation des Daaras. Cette commission se chargera de travailler sur l’existence des écoles coraniques. Nous sommes à une période où les Daaras doivent être organisés. C’est vrai qu’il y a eu récemment des catastrophes. Il faut savoir que c’est la volonté divine. Ce n’est pas une raison de fermer les écoles coraniques. Il faut aller dans le sens d’améliorer les conditions de vie des pensionnaires de ces structures scolaires », a déclaré Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine, lors d’une cérémonie religieuse organisée avec la communauté Fouladou à Thiès.

« J’ai dit au président de la République que j’ai aujourd’hui 85 ans et que je ne peux plus manager quoi que ce soit. Ce que je peux faire, c’est apporter mon expertise puisque je suis un homme du sérail. Tout ce que je peux faire, c’est fournir des renseignements sur les daaras. Mieux, je lui ai proposé de prendre l’attache du roi du Maroc qui a modernisé les écoles coraniques de sa Nation. C’est vraiment une mauvaise idée que de penser à fermer les écoles coraniques. Il faut améliorer les conditions d’existences des Daaras afin d’éviter que de tels catastrophes ne se reproduisent », déclare le marabout.

Al Amine note qu’il est bien d’être en phase avec son temps. « Dans le passé, les gens confiaient leurs enfants à des maîtres coraniques. Lorsque ces derniers cultivaient, leurs disciples les aidaient à labourer la terre. Ainsi, ils pouvaient vendre le produit de leurs récoltes pour assurer leur subsistance. Aujourd’hui, ces pratiques ne sont plus possibles. Il faut impérativement une amélioration des conditions d’existence des écoles coraniques. Le gouvernement votera un budget pour les écoles coraniques. Ce budget sera confié au ministre de l’éducation nationale qui se chargera de le répartir. Les Daaras structurés et bien organisés bénéficieront de subvention. Les daaras désorganisés seront fermés », préconise-t-il.



14/05/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres